dimanche 3 décembre 2017

Entre Nous ( VIII )


Herse tombée, mon exil
Les jours s' attardent,
convient décembre au long carême

Mais ton visage en fanal
arrondit le ciel et libère
de promesses tenues

Notre arche close



mercredi 15 novembre 2017

Entre Nous ( VII )


Faut-il encore que nos lèvres appareillent
Au caprice des sources
Abreuvant le désert
De leur présence nomade ?



dimanche 12 novembre 2017

Entre Nous ( VI )


Dans la chambre rouée, je serrais l' horizon
de silex dans mes mains
Des tessons de clarté recouvraient de limaille
notre terre naïve

Et ses nuits d' albatros


dimanche 1 octobre 2017

oeil ( 6 )




                                                         Tes yeux se penchent et c' est
                                                              L' horizon, lèvres nues,
                                                Qui entrouvre la nuit sur des jardins de ciel




dimanche 17 septembre 2017

Entre Nous ( V )


La nuit s' ébroue longtemps
pour qui n' habite plus ses matins

Au loin grogne une terre

Double berceau lauré d' exil



dimanche 3 septembre 2017

L' orante


Bruit d' étoffe que l' on froisse puis elle tombe à genoux. Pose le Livre devant elle.
Négligeant le signet, l' ouvre au petit bonheur.

Vêtue de neige et pourtant nue, elle replace la torsade de sa coiffe dans un geste d' épouse.
Là voilà douceur et poussière; amazone et servante. Veilleuse de nos nuits d' ogres.
Phare nimbé recevant, bras en croix, les tempêtes glacées de nos errements d' hommes.
Elle s' agite. Sent le froid de la dalle sous le lainage épais de la robe de bure. Croise les doigts. Balance. On entre en prière comme on s' apprête au combat: à coup de petites manies, de peintures sur la peau de l' âme.

Un pilier cache à demi la silhouette drapée dans sa solitude de cellule.
Elle penche pour mieux téter les nues. Se plie pour caresser le ciel.
De sa nuque inclinée, soumise et fière de battante et de vierge, monte une voix silencieuse, épaisse, absorbant tout l' espace, tapissant de clémence la dureté des pierres, enturbanant de fièvre le pâle ivoire des statues.
Elle tourne sur elle-même, les genoux restant là, à contenter la terre, le buste offert au vent divin, aux baisers de l' époux. Herbe ou tige ondulante, frêle derviche, poussant la chair abandonnée dans des girations incertaines, des oscillements de funambule.

Tout juste éclose d' une lumière de vitrail, elle a quitté ce monde.
Par elle, Dieu a trouvé son chant.

jeudi 24 août 2017

Entre Nous ( IV )


Etroite est la parole
Pour dire le temps d' eau vive
Nos chairs piquées de feu
Forgeant un seul rivage
             
Chaque instant était fruit
Qui distillait son suc
Un éternel été
Aux saisons que nous sommes


samedi 24 juin 2017

Entre Nous ( III )



Sous le ciel piqueté de feuillage
la lumière est un chant d' église

Dors,
du long sommeil ivre
de l' enfant juste né
Nos histoires sont de peaux

Frottées de rires solaires





dimanche 21 mai 2017

Entre Nous ( II )


Il arrive qu' une mer d' ombre
Infiniment contuse
de brisants
de fortins
Nous confine à l' exil

Oh, recoudre les voiles
sur le grès du silence

Me panser à tes mots

lundi 8 mai 2017

oeil ( 5 )

                                     
         

                                                       
                                  Dans l' étonnement du jour
                                              L' oeil, vaste, a des lacis de baleine franche
                                             
                                                                       Notre lit est un môle, tu ancres le matin

                                                     Baignée d' or et de bleu, je suis
                                                                                               Ta désirante









samedi 22 avril 2017

Entre Nous


Pour le dire il faut des mots serrés,
Haletants comme ces algues
Qui font le lit des sources;
Croissants, telle la mer,
Telles des clartés d' aubes
Sur les blés argentins

Une voix qui s' élance et chevauchant l' écume
Ne saurait se voûter
Sous la poigne des ans
...

mardi 4 avril 2017

oeil ( 4 )




                                                        Au sillon flouté des paupières,
                                                    chemin de crête où mon pas se délie
                                                         La sorgue prend fond d' azur



dimanche 12 mars 2017

oeil ( 3 )



D' un cil je relève tes paupières
Pour abreuver de bleu
L' aube lente 
qui nous appelle

mardi 21 février 2017

oeil ( 2 )




Fendant l' obscur mais tressaillant encore
Frêle alouette, aux ailes entravées de songes



dimanche 19 février 2017

oeil ( 1 )




Sur ses grèves, le jour portait la trace d' un vent nuptial
Et nos yeux accostèrent





samedi 28 janvier 2017

Epure 5


                 
                                                        Que demain convie la promesse
                                                                       d' un jardin
                                                                   aux bulbes
                                                                           de nos coeurs

vendredi 27 janvier 2017

Epure 4




                              Fuis, janvier, ton long cortège d' hivers et ta nuit d' inconstances !

                                                         

lundi 23 janvier 2017

Epure ( III) )



                                                 Puis longer la soie de tes mots jusqu' à
                                                                       ta bouche
                                                                     


dimanche 8 janvier 2017

Portraits d' asphalte ( 4 )


Il a le geste lent de qui vit en enfer.
L' oeil absent, l' oreille close.
La fierté étouffée comme un bruit dans le sommeil.
Même dressé, il lui semble qu'il rampe sur le pavé glacé.
Même au soleil de juin, dans la rue qui se dore, il claudique en hiver.

La salle du bistrot ressemble à une cour dont il est le régent. Ou bien le fou.
Qu' il choisisse, comme chaque midi, la table la plus reculée à l' endroit le plus sombre ne change rien à l' affaire. Il est le centre et l' orbe.
Il est la fin honteuse des faces grimaçantes, du doigt pointé des enfants.
L' extrémité lasse des rictus de pitié et des sourires de biais.
Et chaque regard qui n' ose pas, s' attarde pourtant, scrute alentour et revient se poser sur le sarcodon violacé qui lui mange le visage, la trogie bourgeonnante, la truffe piriforme.
Son fer et sa geôle.
Son silence.
Où qu'il aille, il emporte avec lui des fantômes vert absinthe et des chagrins vomis.
Et dès l' aube, piquant sa face, le nid de serpents obscènes occupant le rhizome, siffle le chant des vieux ivrognes, des nuits couleur de zinc.

Dégrisé, mort depuis longtemps, dans un coin du bistrot, il noie son tubercule au fond d' un verre de lait.