samedi 28 janvier 2017

Epure 5


                 
                                                        Que demain convie la promesse
                                                                       d' un jardin
                                                                   aux bulbes
                                                                           de nos coeurs

vendredi 27 janvier 2017

Epure 4




                              Fuis, janvier, ton long cortège d' hivers et ta nuit d' inconstances !

                                                         

lundi 23 janvier 2017

Epure ( III) )



                                                 Puis longer la soie de tes mots jusqu' à
                                                                       ta bouche
                                                                     


dimanche 8 janvier 2017

Portraits d' asphalte ( 4 )


Il a le geste lent de qui vit en enfer.
L' oeil absent, l' oreille close.
La fierté étouffée comme un bruit dans le sommeil.
Même dressé, il lui semble qu'il rampe sur le pavé glacé.
Même au soleil de juin, dans la rue qui se dore, il claudique en hiver.

La salle du bistrot ressemble à une cour dont il est le régent. Ou bien le fou.
Qu' il choisisse, comme chaque midi, la table la plus reculée à l' endroit le plus sombre ne change rien à l' affaire. Il est le centre et l' orbe.
Il est la fin honteuse des faces grimaçantes, du doigt pointé des enfants.
L' extrémité lasse des rictus de pitié et des sourires de biais.
Et chaque regard qui n' ose pas, s' attarde pourtant, scrute alentour et revient se poser sur le sarcodon violacé qui lui mange le visage, la trogie bourgeonnante, la truffe piriforme.
Son fer et sa geôle.
Son silence.
Où qu'il aille, il emporte avec lui des fantômes vert absinthe et des chagrins vomis.
Et dès l' aube, piquant sa face, le nid de serpents obscènes occupant le rhizome, siffle le chant des vieux ivrognes, des nuits couleur de zinc.

Dégrisé, mort depuis longtemps, dans un coin du bistrot, il noie son tubercule au fond d' un verre de lait.

jeudi 22 décembre 2016

Epure ( II )




Sais-tu comme de mes nuits tu disperses les cendres,
                                               Toi qui naquis dans l' étirement des jours.


samedi 26 novembre 2016

Epure


                                                         Sur le versant clair de la nuit
                                                           Tu prends tous les visages





lundi 24 octobre 2016

Portraits d' asphalte ( 3 )


Il vient chaque jour. Il est là. Imposant et droit.
Il gêne un peu, debout devant la porte. On lui demande pardon. Pas à lui, à l' épais manteau noir qui descend jusqu' aux chevilles.
Une houppelande d' ombre.
Il se tourne d' un bloc, à la manière des automates. Alors seulement on entrevoit son visage.
En passant on a senti, dans le mouvement d' écharpe ramenée sur le cou par crainte du courant d' air, une odeur de vieux propre, de lavande dans un livre, de chambres closes.
Posé sur le zinc, le ballon de gros rouge qu' il tient entre deux doigts comme on le fait d' une rose, semble un cristal de Bohème.
Il est debout.
Dressé serait plus juste.
A quoi pense-t il, tandis qu' il fait face au miroir et me tourne le dos?
Que perçoit-il des bruits d' assiettes, du murmure assourdi des gens, des choses ? Se perd-il dans son propre reflet, dans les traits durs et fins, le menton volontaire et le sourire frileux? Cherche-t' il le rose aux joues de l' enfance sous le masque d' albâtre et le velours du lys sous une peau d' Atacama ?
Me voit-il le voyant, trouver beau son visage et fouiller tout au fond de l' oeil au couperet gris, un reste de fragile?

Un verre, pas plus. Il salue d' un regard. Attrape la canne à pommeau d' argent.
Fait chanter le boulevard du triple pas des sang bleu.