dimanche 12 mars 2017

oeil ( 3 )



D' un cil je relève tes paupières
Pour abreuver de bleu
L' aube lente 
qui nous appelle

mardi 21 février 2017

oeil ( 2 )




Fendant l' obscur mais tressaillant encore
Frêle alouette, aux ailes entravées de songes



dimanche 19 février 2017

oeil ( 1 )




Sur ses grèves, le jour portait la trace d' un vent nuptial
Et nos yeux accostèrent





samedi 28 janvier 2017

Epure 5


                 
                                                        Que demain convie la promesse
                                                                       d' un jardin
                                                                   aux bulbes
                                                                           de nos coeurs

vendredi 27 janvier 2017

Epure 4




                              Fuis, janvier, ton long cortège d' hivers et ta nuit d' inconstances !

                                                         

lundi 23 janvier 2017

Epure ( III) )



                                                 Puis longer la soie de tes mots jusqu' à
                                                                       ta bouche
                                                                     


dimanche 8 janvier 2017

Portraits d' asphalte ( 4 )


Il a le geste lent de qui vit en enfer.
L' oeil absent, l' oreille close.
La fierté étouffée comme un bruit dans le sommeil.
Même dressé, il lui semble qu'il rampe sur le pavé glacé.
Même au soleil de juin, dans la rue qui se dore, il claudique en hiver.

La salle du bistrot ressemble à une cour dont il est le régent. Ou bien le fou.
Qu' il choisisse, comme chaque midi, la table la plus reculée à l' endroit le plus sombre ne change rien à l' affaire. Il est le centre et l' orbe.
Il est la fin honteuse des faces grimaçantes, du doigt pointé des enfants.
L' extrémité lasse des rictus de pitié et des sourires de biais.
Et chaque regard qui n' ose pas, s' attarde pourtant, scrute alentour et revient se poser sur le sarcodon violacé qui lui mange le visage, la trogie bourgeonnante, la truffe piriforme.
Son fer et sa geôle.
Son silence.
Où qu'il aille, il emporte avec lui des fantômes vert absinthe et des chagrins vomis.
Et dès l' aube, piquant sa face, le nid de serpents obscènes occupant le rhizome, siffle le chant des vieux ivrognes, des nuits couleur de zinc.

Dégrisé, mort depuis longtemps, dans un coin du bistrot, il noie son tubercule au fond d' un verre de lait.