mardi 30 avril 2013

Mer ( bribes... fin )


Je veux la mer
Te dis-je
Pas cette flaque morne
Rivée à son piquet
Comme un frison
Dormant debout
Mais celle que certains soirs
Je caresse aux reflets
Du ciel d' ici

Je veux la mer
Méchante un peu
Dans sa course de fauve

...
Le long du quai
Le vieux chalu
Portait un nom de femme
Que le sel a mangé


12 commentaires:

  1. Magnifique !
    Vos poèmes, on les veut en bouche, on voudrait les savoir tous par cœur, pour les offrir, se les offrir, en marchant sur les grèves au gré du vent...

    RépondreSupprimer
  2. Du grand maître Océan :))
    ( photo prise sur la coque d' un vieux chalu dans le cimetière pour bateaux du port de Camaret.. )

    RépondreSupprimer
  3. Je me demandais si c'était une photo et il me semblait qu'elle ne saurait rendre ainsi le grain et les boursouflures de la coque abîmée.
    Par ailleurs, le réalisme de l'image ne parlait pas pour la peinture... à laquelle j'ai pourtant choisi de croire tant je ne connais rien à la photo :)

    RépondreSupprimer
  4. ... et à la peinture non plus :)))

    RépondreSupprimer
  5. J' ai pris à cet endroit une bonne vingtaine de clichés: des détails de peinture écaillée, de restes de cordages, de trous dans la coque laissant voir l' horizon.. justement parce qu' ils me faisaient penser à des tableaux ...
    Et on s' en fiche de n' y connaître rien, ou presque :)

    RépondreSupprimer
  6. :)
    L'essentiel reste l'émotion à faire, à regarder, à voir... :)

    RépondreSupprimer
  7. des trous dans la coque laissant voir l'horizon...

    Voilà une phrase qui me parle et qui me fait rêver.

    RépondreSupprimer
  8. :) alors, il vous faut remercier Michèle qui me l' a faite écrire..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. qui me l' a fait ( sans e ) écrire, c' est encore mieux.. :))

      Supprimer
  9. Ramer au loin
    Sur la houle frissonnante
    Les horizons sont lointains
    Seulement pour les marins apeurés
    Ls vagues
    Ne rapportent pourtant que les mêmes naufrages.

    RépondreSupprimer
  10. .. et leurs restes d' épaves, oui, trop souvent

    RépondreSupprimer