mercredi 14 janvier 2015

Impressions. Paysages minuscules ( 1 )


C' est un chemin creux sans importance
Des jachères au village, il ondule en pente douce
Eboulis luisant sous une voûte d' arbres maigres

Rivière dans le temps infini de l' été
Vallon nacré de mai où l' ombre n' a pas de poids
Suintant de pluies sucrées d' automne
C' est l' hiver qu' il se fait berceau
Promesse de gestes simples
Un sourire, un café, des mains qui s' ouvrent devant l' âtre
Dans le soir qui s' étend

Ma course fut celle d' un chien fou
Dans mes cheveux mêlés
L' acidité des sables et le miel des bruyères

Comme il est simple et bon
Sitôt franchie la dernière courbe
D' apercevoir les granges
Crachant au ciel zébré de longues fumées obliques
L' église sur son rocher
Et les toits en écrin

15 commentaires:

  1. Merci pour ce texte. Cela fait du bien, cette tranquillité, dans le chaos du monde.

    RépondreSupprimer
  2. C' est peut-être parce qu' il y a chaos qu' il faut (re)découvrir la saveur des choses simples..

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait. Et cela permet de (re)trouver un équilibre personnel, ce qui est important justement pour appréhender le monde calmement, avec ses propres valeurs.

    RépondreSupprimer
  4. S'asseoir sur le muret de pierres du perron, les genoux encerclés de bras. La neige
    surgit du noir et se pose sur les doigts croisés tandis que les pensées, elles aussi, se croisent et se recroisent jusqu'à l'enchevêtrement. Qui a tort? Qui a raison? Cette photo de pancarte "Je ne suis ni pour ni contre quoi que ce soit. J'aime bien me balader dans la rue avec une pancarte".
    Pourquoi diable mettez-vous un espace entre le signe d'apostrophe et le mot suivant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J' aime les grands espaces mon cher JC.. :)

      Supprimer
  5. Quand il ne restera plus rien, il restera encore la trace des chemins creux et des géographies minuscules. Mais ils ne seront plus entourés des terres hersées de novembre, seulement embastillés dans les gouttes de brume-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :))
      Je n' ose imaginer mes chemins creux encellulés.. :)

      Supprimer
  6. Douce vision, rêvée sans doute depuis l'enfance....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Foulée plus que rêvée..

      Supprimer
    2. Quelle chance, Agnès... Je n'avais pas le droit de courir les chemins creux puis, à neuf ans, départ pour la ville...

      Supprimer
  7. Délices des pluies sucrées sur la langue... :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai cru le reconnaître, ce petit chemin creux, doux l'hiver comme un berceau .

    RépondreSupprimer
  9. On a tous un petit chemin creux quelque part..
    Parfois même, il sent la noisette.. :)

    RépondreSupprimer